Menu

1 nov. 2015

L'homme de Lewis de Peter May: de retour sur les terres écossaises

J'avais adoré le premier livre de la trilogie, L'île des chasseurs d'oiseaux, et c'est presque un an plus tard que je me suis replongée dans l'univers si particulier de Fin Macleod.

Plusieurs mois après le drame, Fin revient sur Lewis pour rebâtir la maison de ses parents. Lassé du monde chaotique qu'il entrevoie chaque jour au travail, il revient sur ses terres en quête de son identité.
J'en avais marre de vivre au milieu des ombres, Fionnlagh. Quand tu ne côtoies plus que le pire côté de la nature humaine, tu commences à découvrir ta part d'ombre. Et ça fout la trouille.
Mais il reprendra vite du service, du moins officieusement, quand le corps d'un jeune homme, vieux de 50 ans, est retrouvé quasi intact dans la tourbe. Il s'avère que la victime a de l'ADN en commun avec Tormod, le père de Marsaili, le grand amour de jeunesse de Fin. Il remontera de nouveau le temps et l'histoire de cette petite île si inhospitalière.

La particularité du roman tient dans le fait que le suspect numéro 1 est atteint de la maladie d'Alzheimer. Difficile donc de mener une enquête sur un homme qui ne se souvient plus de rien ni de personne et qui confond les époques. Peter May nous entraîne dans l'esprit de Tormod et j'ai trouvé qu'il le faisait très bien, que l'on ressentait à la fois la détresse de l'homme qui s'oublie peu à peu et de sa famille impuissante. La maladie d'Alzheimer est utilisée à bon escient et précisément retranscrite, bien plus que dans le récit de Dimitri Verhulst.
C'est si difficile de se souvenir des choses. Je sais qu'elles sont là. Parfois, je les sens, mais je ne les vois pas, ou je ne peux pas les atteindre. Je suis tellement fatigué.

On retrouve ce qui a fait le charme du premier livre: les descriptions détaillées du paysage écossais, la vie quotidienne et parfois rude de ses habitants, dans la tourmente des souvenirs de Tormod. Fin apprend également à intégrer une communauté qu'il a si longtemps cherché à fuir et ce ne sera pas sans douleur.

Un très bon polar par un auteur qui sait nous transporter au coeur de ses terres particulières.

2 commentaires:

Valentine Pumpkins a dit…

Il faut vraiment que je me lance dans la lecture de cette trilogie qui fait l'unanimité, j'ai l'impression !

Cleophis Deeptizz a dit…

Fonce! :D

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...