Menu

29 sept. 2014

Blog de Jean-Philippe Blondel

Quatrième de couverture: "Le blog, c'était mon espace privé. Mon domaine. Et il a tout salopé. Je trouve ça dégueulasse. Ma révolte, je la revendique. Parce qu'il ne s'est pas retrouvé sur mon blog par hasard. Et qu'il ne s'y est pas rendu qu'une fois. Il l'a suivi, pisté, décortiqué. Quand je suis en face de lui, maintenant, j'ai l'impression de me promener nu en pleine ville."
Révolté par cette trahison, par ce "viol virtuel", le narrateur décide de ne plus adresser la parole à son père. Pour se racheter, ce dernier lui fait un don... une plongée dans le passé qui ne sera pas sans conséquence. Un roman de la filiation et de l'écriture intime.

En emmenant les enfants dans leur rayon dédié à la médiathèque, je suis passée devant le présentoir des livres ados et je me suis arrêtée net devant ce livre. A se demander pourquoi, n'est-ce pas? J'ai longuement hésité, en me disant que je n'étais pas la cible et je me suis dit, zut!, la littérature pour ado n'est pas forcément moins bonne que celle pour adulte (et je l'ai souvent expérimenté). J'ai donc emmené ce petit livre d'une centaine de pages à la maison et je l'ai dévoré en une journée.
Le narrateur est un lycéen de 15 ans qui vient tout juste de découvrir que son père lit son blog depuis un moment. Sa réaction est immédiate: sentiment de trahison, colère, guerre froide avec son père. Un sentiment que nombre de blogueurs, même adultes, pourraient vivre de nos jours. Pourtant, le paradoxe est là: croire qu'on puisse être totalement anonyme sur internet alors que tout y est public. Dans un but de réconciliation, le père laisse un carton à son fils: les journaux intimes qu'il a tenu pendant ses années lycée.
Deux écritures intimes se croisent, deux façons de se révéler tout en voulant se protéger. C'est aussi l'histoire d'une réconciliation, d'une histoire familiale qui prend tout son sens et d'un questionnement sur l'intime. J'ai vraiment adoré. Moi qui écrit à la fois sur un journal intime et sur un blog, je me suis sentie particulièrement touchée par les mots du narrateur.
Loin d'être un récit superficiel comme on pourrait le croire, il s'agit d'un vrai travail d'introspection et j'ai trouvé que la centaine de pages était réellement exploitée. C'est vrai que par moment on se dit que le narrateur est particulièrement mature (je ne me souviens pas d'avoir croisé de gamin de 15 ans parler comme lui) mais on a envie d'y croire.
Une jolie découverte.

Quelques extraits:

(pas aidés par les appréciations des profs, qui ne se sont pas foulés. "Ensemble encore insuffisant", "Ensemble fragile", rien de positif, que des répétitions, ils sont marrants, les profs, ils veulent qu'on évite les redites et eux ils utilisent dix mots de vocabulaire pour les bulletins)

Le blog, ça te donne l'impression d'exister et d'être puissant, et de là à te prendre le melon, il n'y a qu'un pas - surtout quand ceux qui lâchent des coms ne font que te brosser dans le sens du poil.

C'est sûrement ça, grandir - abandonner petit à petit tous les attributs qui font de toi un des pions de ta génération pour aller plus profond et découvrir ce qui fait de toi un être unique. Aller vers l'individualisation, et non vers l'individualisme.

11 commentaires:

Maman Clémentine a dit…

J'ai lu la critique sur le blog de Madame et il me tentait bien.

madamezazaofmars a dit…

J'ai tres envie de le lire. Merci pour la découverte

Emil a dit…

C'est marrant je l'ai justement lu ce mois-ci ! Et j'ai beaucoup aimé :) Mais c'est vrai que parfois ça fait bizarre de se dire que le narrateur a quinze ans !

Jo Jeans a dit…

ben écoute je ne lis pas trop de critiques littéraires car je me fais trop souvent spoiler et j'aime pas trop mais je n'ai pas résisté au titre et je découvre que tu ne spoile pas (cool ça) je VEUX le lire,, je DOIS le lire.
Ma mère lit mon blog et ses coms me laissent un goût étrange pourtant elle n'est qu'une lectrice comme les autres mais je n'aime pas l'idée que la réalité rattrape mon virtuel même si d'après elle je suis la même en vrai que sur mon blog, j'ai envie de me croire meilleure sur la toile =)
DONC ce roman m'intéresse, merci pour la découverte
bisous

Cleophis Deeptizz a dit…

Faire une critique tout en gardant l'intrigue, c'est très souvent un vrai tour de passe-passe! Je suis contente de t'avoir donné envie, tu retrouveras peut-être dans les propos du narrateur les sentiments que tu éprouves vis-à-vis de ta mère. :)

Jo Jeans a dit…

oh oui j'avoue que c'est difficile, donner envie, donner son avis sans dévoiler l'intrigue c'est difficile et perso je déteste tellement quand on te dit :
-"quand elle est morte j'avais trop les boules" car au delà de la critique pas constructive ça gâche légèrement le plaisir ;-)
je viendrai lire tes critiques dorénavant comme je le fais avec le blog de mangeuse de Livres =)
bisous

Cleophis Deeptizz a dit…

Avec plaisir!

potzina a dit…

J'ai entendu beaucoup de bien sur ce livre, je l'ai déjà vu à ma médiathèque mais je n'ai pas osé me lancer. À tort d'après ce que tu en dis... Un de plus que j'ajoute à mon pense-bête !

Cleophis Deeptizz a dit…

Surtout qu'il se lit très vite!

Léa TouchBook a dit…

Ta chronique donne très envie de le lire ce livre, je note le titre :) !

appelez moi Madame a dit…

Les Blondel sont des valeurs sures !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...