Menu

18 sept. 2012

Intouchables de Eric Toledano et Olivier Nakache (2011)


Synopsis: A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement... Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra... Intouchables.

On ne présente plus ce film qui a fait le tour du monde et la Une de tous les journaux. Comme beaucoup de monde, j'ai été touchée par ce témoignage vibrant. On comprend rapidement ce que Philippe apprécie chez Driss: sa façon de le voir comme quelqu'un de normal, de ne pas dégouliner de pitié pour lui et de ne pas limiter leur relation au médical. C'est une véritable amitié qui se noue, un rapport d'égal à égal.


J'ai suivi le débat américain qui jugeait le film raciste. Un riche homme blanc qui engage un noir des cités, c'est politiquement incorrect. Sauf qu'il ne s'agit absolument pas de ça. Tout d'abord, c'est la réalité de leur histoire, même si le personnage de Driss n'est pas noir mais arabe, ce sont tout de même deux hommes que tout oppose et qui apprennent à vivre ensemble. Ensuite, il n'y a aucun jugement de valeur sur la vie de l'un ou de l'autre, chacun doit composer avec ses forces et ses faiblesses: Philippe n'est pas là pour sauver Driss de la pauvreté ou lui montrer le chemin à suivre. C'est avoir mal compris le film que de le taxer de raciste.

Un très bon film, donc, qui mérite amplement son succès.

1 commentaire:

Sarah a dit…

Très émouvant comme film. Surtout que ce n'est pas le genre de film de Omar Sy d'habitude :)