Menu

9 févr. 2015

Cinq jours de Douglas Kennedy [CBL 8]

Résumé: Dans le Maine, de nos jours.
A 42 ans, Laura Warren sent qu'elle est à un tournant de sa vie. Depuis quelques temps, cette technicienne en radiographie, au professionnalisme et au sérieux loués par tous, se surprend à être de plus en plus touchée par la détresse de ses patients. Elle ne trouve pas beaucoup de réconfort à la maison : son mari est sans emploi depuis 19 mois ; son fils, artiste dépressif, se morfond depuis sa rupture amoureuse et sa fille s'apprête à partir à l'université.
Aussi voit-elle dans cette conférence à Boston une parenthèse bienvenue, sans imaginer que ces quelques jours vont bouleverser à jamais son existence...
Richard Copeland est lui aussi en pleine confusion. A l'étroit dans un mariage contracté par dépit plus que par amour, incompris par une femme devenue de plus en plus distante, frustré professionnellement et connaissant de grandes difficultés avec son fils, un garçon brillant mais psychologiquement très instable, il rêve de s'échapper.
Entre ces deux esseulés, une folle passion, un aperçu du bonheur, un avant-goût de liberté. Une autre vie serait-elle possible?
Et pourtant... Et si, finalement, la plus grande peur de l'homme était d'accéder au bonheur ?

L'objectif du club des blogueurs lecteurs est de partager notre point de vue sur une lecture commune. Nous risquons donc de parler, dans l'article et dans les commentaires, des personnages, des situations, des moments clés du livre. Soyez prévenus!

Je ne connaissais pas du tout Douglas Kennedy et j'avais entendu tellement de bien de ce livre que j'ai voulu qu'on le découvre ensemble dans le cadre du CBL. Pour ma part, c'est une réussite.

J'avoue avoir trouvé le début vraiment désespérant. A mon âge, en couple depuis 16 ans, lire que les autres se séparent à 40 ans alors qu'ils étaient malheureux depuis des années, ça me file toujours le bourdon. Même si j'essaye de me convaincre que mon couple va bien et qu'on évitera le divorce qui menace un couple sur trois en France (un sur deux en région parisienne), j'ai toujours une petite appréhension. Surtout que la narratrice, Laura, est extrêmement pessimiste et qu'elle ne cesse de dire qu'aucun couple n'est heureux et qu'il s'agit surtout de faux semblant. Vive l'ambiance...

J'ai bien aimé sa rencontre avec Richard, même si ce n'est clairement pas mon type d'homme. Un peu trop romantique à mon goût. Et du coup, c'est ce qui fait la force du dernier tiers du livre: s'imaginer que Laura va enfin vivre le grand amour rêvé depuis si longtemps... avant que la réalité ne la rattrape. Je me doutais que quelque chose se tramait mais je ne pensais pas à une chute aussi brutale.

Du coup, je suis contente de cette tournure, j'aurais trouvé ça vraiment trop niais si Laura et Richard étaient restés ensemble et avaient vécu "heureux pour toujours". Je suis contente que Laura se soit prise en main et j'ai trouvé les dernières pages pleines d'espoir.

Une bonne lecture en ce qui me concerne, j'espère qu'il vous a plu tout autant.

Les critiques des blogueurs lecteurs:

10 commentaires:

Erinael a dit…

J'ai pas encore décidé si j'ai aimé ou pas ^_^ Il ne m'a pas laissé indifférente et j'ai pris plaisir à le lire mais j'en dis pas plus, j'avais prévu ma chronique pour le 15 :)

appelez moi Madame a dit…

tu as découvert mon avis ☺ pourtant je crois avoir quasiment tout lu de Douglas Kennedy :/

bbbsmum a dit…

pas encore fini ! je vous rejoins en fin de semaine ! bisous

Cleophis Deeptizz a dit…

J'ai hâte de lire ça!

Cleophis Deeptizz a dit…

Et d'habitude c'est comment?

Cleophis Deeptizz a dit…

Bonne lecture et à bientôt!

Erinael a dit…

Allez hop, ma chronique toute juste sortie du four
http://erinael.blogspot.be/2015/02/chronique-cinq-jours-de-douglas-kennedy.html

Cleophis Deeptizz a dit…

Merci, je vais regarder ça. :-)

bbbsmum a dit…

Très très en retard ! mais voici mon billet ! bises et très bon we à toi
https://bbbsmum.wordpress.com/2015/02/21/cinq-jours-le-club-des-blogeurs-lecteurs-de-cleophis-8/

Cleophis Deeptizz a dit…

Merci, je l'ajoute!