Menu

24 mars 2015

Ainsi résonne l'écho infini des montagnes de Khaled Hosseini [CBL 9]

Quatrième de couverture: Dans le village de Shadbagh, Abdullah, dix ans, veille sur sa petite soeur Pari, trois ans. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, un amour si fort qu'il leur permet de supporter la disparition de leur mère, les absences de leur père en quête désespérée d'un travail et ces jours où la faim les tenaille.
Mais un événement va venir distendre ce lien, un choix terrible qui modifiera à jamais le destin des deux jeunes vies, et de bien d'autres encore...
Des années cinquante à nos jours, d'une petite cahute dans la campagne afghane aux demeures cossues de Kaboule, en passant par le Paris bohème des seventies et le San Francisco clinquant des années quatre-vingt, Hosseini le conteur nous emmène dans un voyage bouleversant, une flamboyante épopée à travers les grands drames de l'Histoire.

Pour cette 9ème édition du club des blogueurs lecteurs, j'ai fait appel à Appelez-moi madame qui m'a proposé le dernier roman de Khaled Hosseini. Je ne connaissais pas du tout cet auteur et ce n'est pas vraiment le genre de livre sur lequel je m'attarde, j'ai donc été très heureuse de faire une belle découverte.

Car la plume de Khaled Hosseini est enchanteresse. Tout commence par l'histoire d'Abdullah et de sa soeur Pari qui vivent dans un petit village de l'Afghanistan. Avec eux, nous faisons connaissance avec le monde agricole de Shadbagh puis avec le monde urbain de Kaboul alors qu'ils sont en visite chez leur oncle. C'est à ce moment-là que leur destin va basculer, ainsi que celui de leurs proches.

Bizarrement, nous quittons alors Abdullah et Pari pour suivre l'histoire des autres personnages mais aussi l'Histoire avec un grand H, celle des nombreux bouleversements en Afghanistan: invasion soviétique, guerre civile et l'invasion des Talibans. Le roman court de 1950 aux années 2000, sans véritable ordre chronologique, en passant d'un point de vue à l'autre. Et ce n'est jamais difficile à suivre car Khaled Hosseini prend le temps de nous resituer, à la fois dans le contexte historique et dans le rôle que le personnage joue dans l'histoire d'Abdullah et Pari, comme un fil rouge.

J'ai aimé ces histoires où la relation humaine est véritablement importante. Chaque personnage a son double, bon ou mauvais: Abdullah et Pari, Parwana et Massoma, Nabi et M. Wahdati, Idris et Timur, Nila et Pari, Adel et le fils d'Iqbal (je n'ai pas noté son nom), Markos et Thalia, jusqu'à Pari... et Pari. Je me suis attachée à chaque histoire et je me suis laissée emporter avec délectation dans ce pays dont je ne connais rien.

J'espère que vous l'avez autant apprécié que moi.
Les critiques des blogueurs lecteurs:


3 commentaires:

bbbsmum a dit…

Nous avons le même ressenti ! tu as très bien choisi le mot que la plume de cet auteur " enchanteresse"
Hâte de découvrir le prochain titre bises

Erinael a dit…

Me voilà enfin !!! Lu dans les temps mais chroniqué avec mille ans de retard....
http://erinael.blogspot.be/2015/04/chronique-ainsi-resonne-lecho-infini.html

Cleophis Deeptizz a dit…

C'est noté, merci!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...