Menu

20 mars 2018

The Crown: au coeur de la monarchie britannique



J'aime d'un amour fou le Royaume-Uni. Mon rêve a toujours été d'y vivre et si la vie a fait que je suis restée en France, je ne manque jamais d'écouter des groupes de musique anglais ou de suivre des séries britanniques, rien que pour le plaisir de les écouter parler.

Forcément, je me suis laissée séduire par la série biographique de la reine la plus célèbre du monde: Elisabeth II de Windsor. Dans The Crown, une série originale Netflix, on peut suivre son arrivée au pouvoir et le difficile travail de reine...

La saison 1 nous présente les premiers mois du règne d'Elisabeth alors qu'elle n'a que 26 ans. La mort prématurée de son père, le roi Georges VI, prend tout le monde au dépourvu et la jeune femme se retrouve propulsée au sommet sans trop savoir quoi faire. Il est très intéressant de suivre cette ascension et de se poser la question de ce que l'on aura fait à sa place. Même si elle est guidée par les secrétaires d'Etat plus expérimentés et par le Premier Ministre, Winston Churchill, elle reste l'image de la Grande-Bretagne dans le monde et c'est assez lourd à porter.

L'accent est aussi mis sur les relations au sein de la famille royale. L'occasion de découvrir Philip d'Edimbourg, qu'on connaît assez peu, et la vie un peu tumultueuse (pour l'époque et pour la famille royale) de sa jeune soeur Margaret. Ce sont les deux "personnages" dont je me suis le plus entichée parce qu'ils me paraissaient les plus humains. J'ai particulièrement aimé voir l'évolution de Philip: imaginez-vous dans les années 1950, vous êtes un jeune homme ambitieux de 30 ans et vous devez faire un trait sur votre carrière militaire pour suivre votre femme sans avoir jamais droit à la parole... et toujours deux pas derrière elle. De quoi en déstabiliser plus d'un !


Dans la saison 2, nous suivons 10 années de règne en compagnie d'Elisabeth et découvrons une femme plus sûre d'elle et bien campée dans son rôle de souveraine. Les multiples scandales politiques et privés ne viendront pas à bout de sa constance et de son pragmatisme. Une femme extraordinaire.

Ce que la production de Netflix a de formidable, c'est qu'elle est hyper réaliste. La famille royale d'Angleterre est la plus documentée au monde et il est assez facile de reproduire les événements au millimètre près: décors, costumes, discours officiels, journaux, tout y est conforme. On parle de 130 millions de dollars de budget pour la seule saison 1, du jamais vu ! Et le résultat est surprenant: on vit, on mange, on vibre au rythme de la couronne. Même si tout est forcément un peu romancé, la dimension historique est bien présente.


Le tout porté par des acteurs formidables, Claire Foy en tête qui nous offre une Elisabeth d'exception. Dommage qu'elle soit moins payée que Matt Smith alors qu'elle portait la série, espérons que le fait d'en parler change les choses. Il y a un vrai travail avec les acteurs qui reproduisent les allures et les mimiques de leurs "personnages", comme la reine et sa façon de tenir son sac à main ou le duc d'Edimbourg et sa manière de marcher les mains dans le dos et légèrement courbé. C'est fabuleux.

Le tout est évidemment à voir en version originale, rien que pour s'imprégner de la si belle langue anglaise à l'élocution distinguée. J'ai hâte de croiser la route de Sarah Ferguson et Diana qui ont énormément marqué mon enfance.


Aucun commentaire: