Menu

6 déc. 2017

Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina: un voyage fantastique au pays des morts



Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Je dois vous avouer que je n'étais absolument pas convaincue avant d'aller voir le dernier Disney dans les salles. Une histoire qui se déroule au Mexique, sur le Dia de los Muertos, c'était tellement éloigné de ce que j'ai l'habitude de voir.

Et puis je me suis dit que c'était l'occasion d'en savoir davantage sur cette coutume. Et puis c'est un Disney... Pixar de surcroit.

Je me suis donc rendue au cinéma en compagnie de Poppy, 7 ans, et en laissant Teemo, 5 ans, à la maison, parce que je craignais qu'il soit un peu trop effrayé par les squelettes. Il faut savoir que mes enfants sont vite impressionnables et sensibles, surtout dans une grande salle plongée dans le noir (ils ont pleuré pendant le combat entre les schtroumpfs et Gargamel).

Et j'ai été très agréablement surprise.


L'histoire prend place pendant la fête des morts qui est très importante au Mexique. Les mexicains érigent des autels à la mémoire de leurs anciens et vont nettoyer les tombes de la famille. C'est une fête très colorée et joyeuse contrairement au Halloween anglo-saxon. Le jeune Miguel est un passionné de musique et rêve de devenir un grand chanteur comme son idole Ernesto de la Cruz, mort d'un accident au sommet de son art. Seulement sa famille est réfractaire à toute musique depuis des générations et Miguel se sent incompris. Alors qu'il souhaite participer à son premier concours de chant, il se retrouve plongé au milieu des morts et découvre l'autre côté du miroir, ce qui se passe pour les anciens quand ils sont honorés par leur famille... ou non.

J'ai trouvé l'histoire très bien menée et vraiment très émouvante. Pixar montre encore une fois son talent pour l'écriture et la mise en situation. Aussi émouvant qu'un Toy Story 3, aussi finement pensé que Vice Versa, Coco est un hymne à la famille et à l'espoir, à cette petite voix qui nous dit de ne jamais renoncer à nos rêves.


Et puis s'il n'y avait qu'une seule chose à dire pour vous faire sortir de chez vous pour courir au cinéma le plus proche ce serait: explosion de couleurs. Alors attention, pas des couleurs à vous rendre épileptique, juste des couleurs magnifiques qui vous font rêver et voyager. Comme les multiples chansons mexicaines et le magnifique accent espagnol des personnages. D'ailleurs la VF fait la part belle aux expressions et mots espagnols non traduits qui nous installent définitivement dans l'ambiance.

Finalement, les squelettes ne sont pas effrayants mais dans le doute... L'histoire n'est pas toujours très facile à suivre et contient des subtilités, comme Vice Versa, donc je dirais à partir de 7 ans... jusqu'à 107 ans ! Poppy a beaucoup aimé même s'il a fallu que je lui explique certains passages et elle a hâte de le revoir en DVD avec son frère.

Et vous ? Vous l'avez vu ou vous projetez de le faire ?

NB: J'ai repéré le camion de Pizza Planet ! Si vous êtes suffisamment attentifs, vous ne le louperez pas non plus.


Tu as aimé ? Epingle sur Pinterest !


Aucun commentaire: