Menu

8 déc. 2017

Bilan du Pumpkin Autumn Challenge



Déjà une semaine que le Pumpkin Autumn Challenge a fermé ses portes et je viens vous dresser le bilan du challenge. Assez mitigé dans la mesure où j'ai pas mal avancé sur mes lectures mais que je n'ai pas tout à fait atteint mes objectifs.

Pour rappel, le Pumpkin Autumn Challenge, organisé par Guimause du blog Le terrier de Guimause, se déroulait du 1er septembre au 30 novembre. 3 menus étaient proposés et j'ai choisi de répondre uniquement au premier, L'Automne Frissonnant.

Mon premier objectif était de lire les 7 romans dérivés de The Walking Dead. Il faut savoir que pile au mois d'octobre 2017, le 8ème tome est sorti et je l'ai ajouté à ma pile à lire. Je voulais les finir pour Halloween et j'étais plutôt bien partie mais j'ai saturé au 3ème volume. Les zombies, c'est sympa, mais des fois c'est bien aussi de lire autre chose. Du coup, j'ai lu les tomes 1 à 4 du 1er au 31 octobre et le tome 5 au mois de novembre.

Les livres reprennent les événements et les personnages du comic et de la série, ne lisez pas si vous n'avez pas encore commencé et voulez garder la surprise.

Le tome 1, L'ascension du gouverneur raconte la survie de Philip Blake au tout début de l'épidémie. Il voyage vers Atlanta en compagnie de deux amis d'enfance, de son frère Brian et de sa fille Penny. Il va apprendre à tuer les zombies et à se méfier de tout, surtout des autres survivants. C'est un roman vraiment intéressant pour peu qu'on s'intéresse aux comics et à la série pour comprendre la psychologie du personnage fort de l'univers Walking Dead.

Dans le tome 2, La route de Woodbury, on quitte Philip Blake pour suivre Lilly Caul. L'épidémie a déjà touché beaucoup de monde et la jeune femme essaye de s'organiser au mieux avec un groupe qu'elle a croisé en chemin. Evidemment, tout ne se passe pas comme prévu et le pire arrive très vite. Sans trop spoiler, à la fin elle arrive dans Woodbury, la ville du Gouverneur, et fait la connaissance du célèbre Philip Blake.

Le tome 3 et le tome 4, intitulés La chute du Gouverneur partie 1 et 2, racontent... la chute du Gouverneur, c'est-à-dire toute la partie où il rencontre Michonne, Rick, Glenn et attaque la prison. Le récit est relativement peu intéressant dans la mesure où il reprend exactement les événements des comics. Ici pas "d'univers parallèle" comme pour la série, on suit le script au mot près. Deux romans sans surprise donc sauf qu'il permet de nous présenter un peu plus le personnage de Lilly Caul. Complètement invisible des comics (elle n'apparaît que lors de l'attaque de la prison), la jeune femme devient à partir du tome 3 le personnage principal de la série de romans.

Le tome 5, L'Ere du Prédicateur, nous présente Woodbury après la mort du Gouverneur. Sans surprise, parce que le lecteur a compris que Lilly Caul était la clé, celle-ci devient le nouveau dirigeant et doit apprendre son nouveau statut de chef.
Spoiler:
J'aime bien le personnage de Lilly Caul mais un aspect de sa personnalité m'exaspère au plus haut point et j'espère vraiment qu'il ne va pas s'aggraver avec les romans. En effet, dans le tome 2, on découvre une Lilly Caul un peu timide, un peu "coincée", qui apprend à se laisser aller dans les bras de Josh, un quarantenaire impressionnant de musculature. Elle redécouvre l'amour et se dit qu'il a changé sa vie. A la fin du tome 2, il meurt et elle entre en dépression.
Puis, dans les tomes 3 et 4, elle se lie avec Austin, plus jeune qu'elle cette fois, avec qui elle a une aventure d'un soir et se solde par une grossesse. Prise au dépourvue au début, elle finit par l'accepter et s'imaginer la vie avec Austin et leur enfant. A la fin des tomes, elle perd son bébé et Austin meurt, elle entre en dépression.
Enfin, dans le tome 5, la jeune femme inconsolable fait la rencontre de Calvin, un homme d'âge mûr, accompagné de sa femme et de ses 3 enfants. L'épouse meurt et Lilly tombe dans les bras de Calvin... Je vous le donne dans le mille: Calvin meurt et Lilly déprime.
Honnêtement s'ils me collent encore une histoire d'amour dans le tome 6, je ne sais pas si je vais tenir les 8 tomes ! Qu'elle ait plusieurs hommes dans sa vie alors que c'est la fin de l'ordre établi, je peux le concevoir. Ce qui me sort par les yeux, c'est qu'on nous présente Lilly comme une jeune femme qui a du mal à s'attacher et qui tombe amoureuse tous les 6 mois. J'ai du mal.

J'ai ouvert le tome 6, Invasion, parce que la fin du tome 5 est assez extraordinaire et je voulais voir un peu comment démarrait le tome suivant. Mais je me suis mise en pause parce que j'en ai un peu marre des zombies et que j'ai vraiment envie de faire mon Cold Winter Challenge comme il se doit. Il me reste donc 3 romans à lire pour compléter la série. Je ne manquerai pas de vous faire un compte-rendu dans mon bilan mensuel que vous pouvez recevoir par mail.


Le second livre du challenge était Le huitième livre de Vésale de Jordi Llobregat. Je n'ai pu le commencer que la deuxième moitié de novembre parce qu'avant je me suis lu Delphine de Vigan et Titiou Lecoq. Et ce que je n'avais pas anticipé, c'est que le livre fait 600 pages !

Le roman se passe dans la Barcelone de 1888, quelques jours avant la Grande Exposition Universelle. Alors que des femmes du quartier populaire sont retrouvées mortes dans un état indescriptible, un journaliste, un professeur d'université et un étudiant en médecine vont travailler ensemble pour démasquer le tueur.

Le récit est hyper documenté, on a vraiment l'impression d'évoluer dans l'Espagne de l'époque et c'est vraiment dépaysant. Les personnages sont longuement développés, ce qui explique les 600 pages et nous permet de nous attacher à eux et de vibrer avec eux. J'ai vraiment élaboré des tas d'hypothèses jusqu'aux 100 dernières pages sans rien voir venir. Un seul petit bémol: l'auteur a trop tardé à dévoiler l'identité du tueur. Quand tous les personnages sont rayés de la liste les uns après les autres, on finit par deviner. Il aurait pu l'annoncer quelques pages avant, la surprise aurait été complète.

Une bonne lecture que je recommande donc aux adeptes du thriller, vous ne serez pas déçus.



Aucun commentaire: