Menu

10 nov. 2017

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan [CBL 18]


Quatrième de couverture: "Tu sais parfois, je me demande s'il n'y a pas quelqu'un qui prend possession de toi."

Une seule phrase choisie par JC Lattès pour résumer le dernier roman de Delphine de Vigan et franchement, il n'en faudrait pas plus! Mais je vais quand même vous donner un petit aperçu du roman et vous dire pourquoi il faut absolument que vous le lisiez.

Pour la 18ème édition du Club des Blogueurs Lecteurs, je vous avais proposé le thème suivant: "Un livre dont le personnage principal est une femme". J'ai été bien inspirée de choisir D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan puisqu'il n'y en a pas une mais deux!

La narratrice, Delphine, est une autrice qui vient de remporter un énorme succès avec son dernier livre qui raconte la maladie de sa mère. Tout de suite, on se dit qu'on est dans une autobiographie puisque Delphine de Vigan a eu plusieurs prix pour Rien ne s'oppose à la nuit, un roman sur la bipolarité de sa mère (que j'ai très envie de lire du coup, mais c'est une autre histoire). Plusieurs éléments clés de sa vie se retrouvent d'ailleurs dans le récit et nous confirme le titre du livre.

Alors qu'elle cumule les interviews et les dédicaces dans les salons, elle fait la rencontre de L. (toujours nommée par son initiale) et se lie d'amitié avec elle. Celle-ci travaille également dans le monde du livre mais comme nègre: elle écrit des autobiographies de personnes célèbres tout en restant dans l'ombre puisque son nom n'apparaît pas sur le livre. Au fil du temps, L. va prendre de plus en plus de place dans la vie de Delphine et va l'aider à surmonter la grande angoisse de beaucoup d'auteurs et d'autrices: l'angoisse de la page blanche. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Car les dernières pages tournent au thriller psychologique mais je ne vous en dirai pas plus!!

Même si vous n'avez pas lu le livre, on l'a assez évoqué et décortiqué pour que vous sachiez que le jeu du roman réside dans le flou entre la fiction et la réalité. Le récit que nous livre Delphine de Vigan a-t-il vraiment eu lieu ou se joue-t-elle de nous et des codes de l'écriture (auto)biographique?

En ce sens, certains passages m'ont rappelé La vérité sur l'affaire Harry Québert de Joël Dicker (CBL 15) où le narrateur s'interroge sur l'acte d'écriture. Ici, les deux autrices confrontent leurs visions de l'écriture diamètralement opposées et discutent fréquemment de ce que les lecteurs d'aujourd'hui recherchent. C'est souvent passionnant. D'autant plus que la plume de Delphine de Vigan est légère et addictive, je n'ai eu aucun mal à me plonger dans le roman et à le dévorer ces derniers jours.

C'est tout à fait par hasard que j'ai appris qu'une adaptation cinéma venait tout juste de sortir. D'abord surprise, j'ai vite déchanté en apprenant qu'il s'agissait de Roman Polanski et visiblement, il a eu un très mauvais retour de la critique. Il faut dire que D'après une histoire vraie est un voyage intérieur, qu'il faut vraiment se mettre à la place de la narratrice, et que ce n'est pas forcément évident à mettre en scène. J'ai regardé la bande-annonce qui m'a parue fidèle mais je sais que je ne regarderai jamais le film parce que je refuse de donner un seul centime à Polanski alors bon... Restons-en au livre, que je vous conseille fortement, n'allez pas voir une mauvaise adaptation!


Critiques des blogueurs lecteurs:


Il est encore temps de participer et de me partager votre article en notant le lien en commentaire ou en me taguant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #LeCBLdeCleophis ou encore via le groupe Facebook.


Aucun commentaire: