Menu

3 déc. 2015

Le voyage d'Arlo de Peter Sohn: un merveilleux périple dans le monde des dinosaures

Le voyage d'Arlo
Impossible pour moi de rater une sortie de Disney, et encore moins de Pixar, surtout maintenant que Poppy a l'âge de m'accompagner. C'est le parfait alibi! Après lui avoir montré deux bandes-annonce du film et assuré que les dinosaures ne faisaient pas peur, elle a accepté de venir au cinéma avec moi et nous avons passé un superbe moment.

Et si les dinosaures n'avaient pas disparu il y a plusieurs millions d'années? C'est l'idée originale du nouveau film d'animation des studios Pixar. Dans ce nouveau monde, les dinosaures cohabitent avec les humains et cultivent leurs propres terres. J'avoue que j'étais assez sceptique au début et je me suis dit: "Pourquoi pas?" Si les humains ont évolué depuis la préhistoire, pourquoi les dinosaures n'auraient ils pas pu en faire autant?

On suit donc le jeune Arlo et sa famille de cultivateurs dans leur quotidien, somme toute assez tranquille, jusqu'à l'arrivée d'un petit homme qui vole leur réserve de maïs. C'est en voulant l'attraper qu'Arlo va se perdre et devoir affronter le monde seul... enfin presque car le petit garçon s'est pris d'amitié pour le dinosaure.

Comme le titre l'indique, Le voyage d'Arlo est un conte initiatique où le jeune dinosaure va apprendre à affronter ses peurs et à se faire confiance. Il rencontrera des dinosaures de toutes espèces, certains amicaux, d'autres beaucoup moins, et ce ne sont pas toujours ceux qu'on croit. Dans les yeux d'Arlo et de son ami Spot, les enfants retrouveront les peurs qui leur sont propres: grandir et s'éloigner de sa famille.
J'ai beaucoup aimé le parti pris du film et je vais devoir spoiler un peu alors sautez ce paragraphe si vous ne voulez pas en savoir plus. Ici, le dinosaure est humanisé et le petit humain est animalisé. Spot est en fait le compagnon d'Arlo: il ne parle pas, le suit partout et le protège. Arlo explique d'ailleurs qu'il a fini par l'adopter et cherche à le ramener chez lui pour lui offrir un nouveau foyer. L'histoire prend donc une tournure particulière que j'ai vraiment bien aimé. Et la fin est somptueuse (mais je ne peux pas vous en dire plus).

J'ai beaucoup pleuré pendant la séance. Souvent de tristesse et d'attendrissement mais aussi de rire. La scène des fruits pourris m'a littéralement pliée en deux!

Au-delà d'une histoire simple et pourtant magique, le traitement de l'image est époustouflant. J'avais parfois l'impression de voir de vraies photos et non pas un film d'animation notamment pour la végétation et certains animaux (regardez bien la bande-annonce, ça se voit). On est ébloui du début à la fin par des scènes et des paysages magnifiques, un vrai régal pour les yeux.

Encore une pépite des studios Pixar que je conseille aux petits et aux grands. Poppy (5 ans) a vraiment bien aimé, même si quelques scènes lui ont fait un peu peur, et elle a bien compris le déroulement de l'histoire. Foncez!

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...