Menu

30 juil. 2015

Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell: un roman bouleversant

Quatrième de couverture: Le roman et le film les plus populaires de tous les temps. Plus de dix millions d'exemplaires vendus dans le monde. Traduit dans 18 langues. Autant en emporte le vent est une fresque historique, jamais surpassée, sur la société des Etats sudistes et les tragédies de la guerre de Sécession. C'est aussi un roman d'amour dont les héros, Scarlett O'Hara et Rhett Butler, sont entrés à jamais dans la galerie des amants légendaires.

Autant en emporte le vent fait partie des classiques qu'il faut avoir lu dans une vie et c'est à l'occasion d'une lecture commune proposée par angelebb sur Livraddict que je me suis plongée dans ce long roman (trois tomes de 500 pages tout de même).

A la manière du Comte de Monte-Cristo, j'ai été absolument transportée par cette histoire incroyable et me suis demandé comment j'avais pu passer si longtemps à côté. Je crois qu'il a trop été résumé à l'histoire d'amour entre Scarlett O'Hara et Rhett Butler et Piwix n'a pas manqué de me faire la remarque en me demandant pourquoi je lisais un truc pareil avec une petite moue de dégoût. Alors qu'Autant en emporte le vent, c'est bien plus que cela.

C'est surtout le récit d'une société qui après avoir connu le paradis devra se reconstruire, que ce soit les sudistes blancs ou les esclaves noirs. On assiste à l'effondrement d'un système que les sudistes chercheront à restaurer envers et contre tous. Ce qui est assez incroyable, c'est que l'on se retrouve à suivre et apprécier des gens racistes qui considèrent normal que les noirs les servent sans se plaindre. Leurs sentiments sont d'ailleurs ambigüs car on voit à quel point Scarlett aime les nègres qui sont à son service, comme des membres de sa famille, alors que bon... elle n'hésite pas à les menacer ou les insulter. Jusqu'à la formation du Ku-Klux-Klan par certains membres d'Atlanta qui se justifierait presque. Margaret Mitchell sait parfaitement nous plonger dans ce paradoxe et retranscrit à merveille le sentiment des sudistes de l'époque (et de certains encore aujourd'hui malheureusement).

Autant en emporte le vent est également un véritable documentaire sur la guerre de Sécession. Du départ des troupes en Virginie à l'attaque d'Atlanta, on vibre avec Scarlett et les femmes restées en arrière. On croise les doigts pour les hommes partis au front et on souffre avec eux. 

Bien sûr, le fil rouge reste Scarlett. Une jeune femme vaniteuse et orgueilleuse à qui rien ne sera épargné et qui m'a tour à tour énervée ou peinée. C'est une femme forte, c'est indéniable, mais elle a perdu tellement à cause de sa fantaisie autour d'Ashley. Son histoire d'amour avec Rhett se construit dans le temps et est très belle à suivre. On se trouve emporté par les émotions et je n'ai pas honte de dire que j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps dans le dernier tiers du tome 3, au point de devoir poser le livre pour me calmer.

Autant en emporte le vent est un bijou à l'état pur, le récit d'un amour profond, d'une guerre impitoyable et d'une population aisée qui a tout perdu du jour au lendemain. A lire de toute urgence.

6 commentaires:

Charlotte a dit…

Je me souviens d'avoir lu le premier tome il y a déjà quelques années, mais je n'avais pas du tout accroché, je m'étais forcée pour le terminer et j'en ai gardé un mauvais souvenir. Après, je pense que je n'étais pas assez mature pour le lire... mais ta chronique me laisse penser qu'un second essai pourrait me plaire. Tout ce qu'il y a au-delà de l'histoire d'amour a l'air super intéressant ! Je vais peut-être commencer ça cet été, les trois tomes sont restés chez mes parents ^^ Bises !

yuko a dit…

C'est vrai que le roman est bien plus fourni que le film ! Une belle réussite ^^

Cleophis Deeptizz a dit…

Je te souhaite une bonne lecture alors! :)

Cleophis Deeptizz a dit…

Je n'ai pas vu le film mais j'imagine que c'est un peu comme toutes les adaptations, dans le roman tout est bien plus détaillé.

potzina a dit…

J'ai vu le film que j'ai bien aimé même s'il y avait quelques longueurs. Ton billet donne très envie de découvrir le roman :) Bravo pour ce beau billet Cleo !

Cleophis Deeptizz a dit…

Il le faut, c'est un classique à ne pas rater! ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...