Menu

27 mai 2015

Maman a tort de Michel Bussi

Résumé: Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.
Il est le seul... Il doit agir vite.
Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent plus qu'à un fil, qu'à des bouts de souvenirs, qu'aux conversations qu'il entretient avec Gouti, sa peluche.
Le compte à rebours a commencé.
Avant que tout bascule. Que l'engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

J'ai eu la chance de pouvoir lire le dernier livre de Michel Bussi, mon auteur de polar chouchou du moment, grâce aux éditions Presses de la cité et Babelio.

On entre dans le vif du sujet dès le premier chapitre où l'on voit la commandante Marianne Augresse reconstruire quelques fils du puzzle sur la vie de Malone, ce petit garçon qui répète que sa mère n'est pas sa vraie mère, malgré toutes les preuves administratives. On sent tout de suite que rien n'est simple et que la situation est bien plus compliquée qu'il n'y paraît. Puis retour quelques jours avant pour comprendre comment l'histoire de Malone est arrivé aux oreilles de la commandante qui est déjà sur une affaire très difficile de braquage à Deauville.

Michel Bussi n'a pas son pareil pour nous faire entrer dans le quotidien de ses personnages qui nous paraissent tous si humains, à la fois si forts et si faibles. La commandante qui surfe sur deux affaires tout en déplorant son absence de vie familiale, le psychologue scolaire qui s'investit pour un enfant qu'il sent en danger sans pouvoir le prouver, la relation entre Malone, son doudou Gouti et sa mère, qui doit faire face aux allégations de son propre enfant, les braqueurs qui essayent d'échapper à la police. Les histoires de mêlent et s'emmêlent, s'imbriquent et se recoupent, jusqu'au dénouement final.

Même si certaines ficelles sont faciles à démêler en cours de lecture, les révélations finales restent bluffantes et la narration ne souffre d'aucune longueur. On est pris dans un tourbillon, tendus vers le sort du petit Malone.

J'ai particulièrement aimé sa façon de dépeindre la relation d'une mère et de son enfant, surtout parce que cela me parle. Il touche au but et le fait de manière si sensible au beau milieu d'une enquête policière!

Un très bon roman encore une fois que je me ferai un plaisir de faire dédicacer dans les locaux de Babelio le 4 juin prochain! Merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité.

Extraits:
Elles ne faisaient même plus semblant de discuter ou de mater le gars au look de flic près du potager, elles se taisaient et observaient.
Quel autre choix avaient-elles, d'ailleurs?
Passer en jouant les indifférentes aurait été un manque de solidarité flagrant, entre mères, et intervenir aurait été plus vexant encore pour la pauvre Amanda. Après tout, en devenant maman, chaque femme sait qu'elle aura un jour droit à son quart d'heure de honte publique! Une réflexion malpolie, un pipi à la culotte, une crise d'hystérie...

Gérer deux affaires à la fois l'empêchait de ralentir, de s'attendrir, de s'appesantir, un peu comme on lit un roman policier dont les histoires parallèles s'intercalent de plus en plus vite, au fil des chapitres, qui vous oblige à passer d'une pensée à l'autre sans les mélanger, sans avoir même le temps de s'interroger.

3 commentaires:

Vinie a dit…

Pas encore lu celui-là mais il faut absolument que je l'achète ! :)

Lisa a dit…

Il est dans ma wish list, hâte de le découvrir :)

Erinael a dit…

Un véritable plaisir que cette lecture ! J'avais lu il y a peu "ne lâche pas ma main" et j'y ai trouvé quelques similitudes. Mais rien qui gâche le plaisir de la lecture !!
Il ne me reste que 2 titres (sauf erreur de ma part) et j'aurais tout lu de lui (Gravé dans le sable et mourrir sur seine)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...