Menu

15 nov. 2014

A mains nues de Paola Barbato

Quatrième de couverture: Il a seize ans, une gueule d'ange, un avenir tout tracé. Un jour, il se rend compte qu'il peut tuer sans le moindre scrupule. Un monde nouveau s'offre à lui...
Davide a eu une enfance choyée et sans histoires. Un soir, lors d'une fête, il est kidnappé et enfermé à l'arrière d'un camion. Tapi dans le noir, un inconnu lui saute dessus et tente de le massacrer. Terrorisé, Davide agit par réflexe et tue son adversaire. Il est alors conduit dans une cave, où il rejoint d'autres prisonniers. Comme lui, ils sont là pour s'entraîner à combattre et intégrer un jour l'élite des tueurs. Abasourdi, Davide comprend que son seul moyen de survie est de tuer. Il remporte chacun de ses combats. Un jour il décide de s'enfuir, mais l'organisation ne l'entend pas de cette oreille...
Naît-on assassin? C'est la question que se pose Davide tout au long du roman lorsqu'il découvre qu'il peut tuer avec ses poings sans le moindre scrupule. Analyse psychologique très fine sur les rapports entre kidnappeur et otage, A mains nues raconte l'éducation par la violence d'un gladiateur des temps modernes.

Il est des livres qui nous filent une claque sans qu'on s'y attende, A mains nues de Paola Barbato fait partie de ceux-là.

On entre très rapidement au coeur de l'action lorsque Davide, jeune homme de 16 ans, se fait enlever alors qu'il participait à une soirée en plein air avec des amis. Il se retrouve dans un camion, plongé dans le noir complet et frappé à mort par un homme qu'il ne voit pas. Par instinct de survie, il va se défendre et le tuer. Ce n'est que le début d'un long purgatoire: il est désormais un "chien" voué à combattre d'autres "chiens" jusqu'à la mort pour le plaisir de quelques parieurs très riches.

Dans cette prison où l'espoir n'a pas sa place, Davide retient l'attention de Minuto, le chef de la bande, qui le prend sous son aile et l'entraîne en plus de lui octroyer plusieurs prérogatives. Il voit en lui un tueur-né. Touché par le syndrome de Stockholm, Davide se lie à cet homme qu'il considère comme un père et commence à prendre goût à cette vie en marge.

Alors que nous fêtons les 15 ans de Fight Club de David Fincher, Paola Barbato nous replonge dans l'ultra-violence où l'espoir n'a pas sa place. Le récit est quelquefois très dur mais suffisamment suggestif pour ne pas écoeurer le lecteur. Je suis assez sensible à ce genre de choses, j'évite les films ultra-violents, et alors que Davide enchaîne les combats à mort, puis les viols (autre plaisir particulier des clients de l'Organisation), les détails sordides n'ont pas leur place et restent à l'imagination du lecteur. Une bonne chose.

A mains nues est un thriller psychologique mené de main de maître, où chaque page est à la fois une révélation et un élément du suspense qui se poursuivra jusqu'aux dernières pages, où le lecteur se prend une gifle monumentale. Un chef d'oeuvre que je vous recommande vivement.

A mains nues de Paola Barbato, traduit de l'italien par Anaïs Bokobza, Editions Denoël, paru le 9 octobre 2014

Livre offert.

1 commentaire:

Mickaéline Cuny a dit…

C'est mon grand coup de cœur de l'année, je suis contente de voir que tu l'as apprécié autant que moi.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...